Accueil > Actualités > Notre sélection de l’actualité > La loi « pour la liberté de choisir son avenir (...)

La loi « pour la liberté de choisir son avenir professionnel », largement inspirée de tests menés dans les Hauts-de-France (journée ALCF)

18 septembre 2018

Que faut-il retenir de la réforme de l’apprentissage portée par la loi Avenir professionnel promulguée le 5 septembre ? Pour y répondre, l’Alliance locale de compétences et de formations (ALCF) a invité les entreprises et les centres de formations à une conférence lundi 17 septembre à la chambre régionale de commerce et de l’industrie des Hauts-de-France.

Face à près de 150 professionnels, Hervé Dallongeville, directeur régional de l’Opca interprofessionnel Agefos PME a rappelé que c’est d’abord toute la gouvernance et les dispositifs de formation qui sont revus. Il s’est aussi arrêté sur le financement. « La gestion au contrat va bousculer le modèle économique des centres de formation d’apprentis (CFA). Par exemple pour nous, si aujourd’hui, un tiers des ressources d’Agefos PME est fléché vers le financement des politiques d’emploi et d’apprentissage, cette part passera demain à 70 % avec la réforme ! ».
Hauts-de-France, région pilote

Deux mesures inscrites dans la loi font suite à une expérimentation menée en amont dans les Hauts-de-France. À savoir : la souplesse dans la signature des contrats qui peuvent être signés par des candidats âgés jusqu’à 30 ans ; la flexibilité dans les CDD qui s’étendront de 6 à 36 mois ; et la simplification des ruptures de l’apprentissage. À noter également que l’aide mobilité par le financement du permis de conduire, et l’ouverture européenne ont également été testées en amont dans la région.

Extraits : Le Quotidien de la formation, 18 septembre 2018

Mis en ligne le 18 septembre 2018